Les Routes européennes. Outils et enjeux. L’exemple de l’Aube et du patrimoine juif.

Crédit Photo: AM – CCAMR – Lancement de la Route médiévale de Rachi en Champagne

Après la certification des Routes de la Via Francigena, des Chemins de Saint Jacques, des Impressionismes (Essoyes), des Clunisiens (Clairvaux), des Cisterciens (Vendeuvre), de Napoléon (Brienne le Château), et la Route des Templiers en construction, l’Aube accueille officiellement depuis le 14 mai, une huitième Route européenne qui traverse à présent son territoire: celle du Patrimoine juif.

La « Route médiévale de Rachi en Champagne » a été comprise par les collectivités, les divers partenaires et les membres du comité scientifique rassemblés pour l’occasion, comme l’opportunité de faire revivre un patrimoine oublié mais particulièrement fécond, du 11e au 14e siècles.

Le projet est porté par le Comité Départemental du Tourisme de l’Aube et accompagné par CulturistiQ. L’objectif est à terme, de proposer aux habitants et visiteurs la découverte originale d’un patrimoine historique et intellectuel immatériel, revalorisé au travers des différents sites remarquables de l’Aube, ancien Comté de Champagne.

C’est un pari très audacieux, car aucun vestige matériel ne subsiste de la présence de ces communautés juives médiévales, dont la sagesse et les oeuvres sont toujours renommées aujourd’hui dans le monde entier. Sur la base du patrimoine littéraire que nous ont laissé les commentateurs de la Bible et du Talmud à l’époque, l’enjeu sera de tout reconstruire et imaginer, prêter à voir ce qui n’est plus visible. Créer des passerelles, entre dispositifs de visite, ateliers destinés au jeune public ou projets scientifiques qui viendront éclairer les multiples facettes de ce pan du passé.

Ce type de revalorisation n’est plus un obstacle. Les outils de réalité virtuelle ou augmentée, le storytelling, le reconversion de sites en lieu d’accueil touristique ou culturel, la diffusion de la connaissance par des médias ludiques, se prêtent à toute forme d’innovation.

Mais dans un tel projet, l’imagination et le potentiel du patrimoine ne suffisent pas. La volonté de soutien des collectivités et des acteurs du territoire, culturels, touristiques, économiques, est essentielle.

A terme, cette Route a pour ambition de devenir un levier de diffusion et de promotion de l’histoire et des patrimoines de son territoire. Elle offrira des parcours culturels et touristiques diversifiés pour enrichir l’offre existante et croiser d’autres Routes Européennes locales. En ce sens, elle est également pensée comme un levier économique pour développer certaines parties de la destination, parfois en déficit touristique. C’est également une façon de mieux comprendre, connaître et étudier le territoire et de se réapproprier son histoire. Car au-delà d’un héritage juif, ce patrimoine a légué d’immenses témoignages sur la vie quotidienne champenoise et les relations entre communautés, ainsi que sur le dialecte de la langue d’Oïl parlé dans la région, ancêtre du français. Un héritage qui appartient à tous. Le début d’une nouvelle aventure pour l’Aube.

 

 

D’un patrimoine remarquable à une valorisation patrimoniale globale

La Cité du vitrail de Troyes vient de fermer temporairement ses portes ce 31 décembre pour plusieurs mois de travaux d’agrandissement. Ces derniers jours il était encore possible d’y admirer de très près, certains vitraux remarquables du 16e siècle appartenant à l’église Saint-Pierre-ès-Liens provenant de la petite ville d’Ervy-le-Châtel située dans le sud de l’Aube.

Parmi eux, la splendide verrière des Triomphes de Pétrarque qui reviendra bientôt prendre sa place dans l’Eglise d’Ervy. Une église qui termine également une mue de plusieurs années de restauration. Les ornements qu’elle dévoile à présent sont émouvants : des clés de voute aux détails des sculptures, tous ses trésors ont été redorés avec une grande finesse par les restaurateurs. Ils sont encore d’autant plus visibles que l’échafaudage en place permet presque de les effleurer du doigt.

Les autres vitraux, celui de Christine de Bolsène – dont on retrouve l’histoire dans la Légende Dorée de Jacques de Voragine – , ou l’histoire de Tobie, font également partie des merveilles d’Ervy. Tous ces vitraux ont été restaurés par la Manufacture Vincent-Petit, après une série de restaurations fin 19e siècle et début 20e.

La petite ville fortifiée d’Ervy compte environ 1200 habitants. Energique et volontaire, elle a entrepris depuis plusieurs années, un programme global de mise en valeur de son patrimoine. La connaissance du patrimoine du vitrail, qui fait toute la fierté de la ville, a été rendue possible grâce à l’ouverture en 2015 de l’incroyable Maison du vitrail d’Armance, installée dans un bâtiment pour le moins incongru : l’ancienne prison de la ville ! Chaque cellule accueille une partie du circuit de visite sur la fabrication du vitrail, ainsi que de très belles expositions temporaires, comme celles des travaux de d’Henri Guérin ou de Raphaëlle Mathis. Un atelier en résidence flambant neuf ouvrira ses portes aux artistes dès 2019 pour encourager la créativité dans un souci de transmission. Parallèlement au vitrail, Ervy s’appuie sur son cœur de ville, ancien bourg fortifié circulaire du 13e siècle dont l’une des portes d’accès subsiste, la dernière dans l’Aube. Une halle circulaire à pans de bois datant du début du 19e siècle a également été réhabilitée et accueille concerts et expositions ainsi que l’Office du Tourisme.

La cité rayonne à travers le réseau des Petites cités de caractère. On y déambule par des ruelles qui surplombent la vallée d’Armance. Proche du Pays d’Othe, le cidre y pétille et chaque année début août, un festival médiéval bat son plein animé par les habitants et plusieurs associations.

Un bel exemple de patrimoine authentique bien ancré dans son territoire, développé de manière cohérente et valorisé par ses habitants qui le font vivre dans leur quotidien.

Zouzoukwa au coeur de l’identité culturelle

O’Plérou Grebet, jeune et talentueux graphiste ivoirien, a créé son propre univers d’émoticônes qui dépeint sa culture et les codes de son pays. Il en diffuse un par jour depuis janvier 2018 via les réseaux sociaux. Il a su transcrire des expressions très visuelles et des références symboliques par un design épuré et très gai. Il a inventé des émoticônes à l’image de la richesse de son quotidien, vivants, joyeux et colorés qui font l’unanimité localement et dépassent les frontières… L’art comme outil d’appropriation culturelle, au-delà de la reconnaissance identitaire, de la transmission ou de la nostalgie, rassemble dans la fierté d’une culture partagée. L’artiste O’Plérou est devenu un excellent ambassadeur de sa culture et invite de manière originale, à la découverte d’un pays plein de peps! Une belle démonstration du dynamisme et de la créativité de la jeunesse africaine! Pari largement réussi!

https://www.france24.com/fr/video/20181219-zou-zou-kwas-emoticones-made-in-cote-divoire?ref=em_i 19/12/2018_Connaissez-vous les Zou Zou Kwas ? Ces smileys à la sauce ivoirienne ont été inventés par O’Plérou Grebet, un graphiste de 21 ans…

Les enjeux des Routes européennes du Patrimoine juif

En association avec le Comité Départemental du Tourisme de l’Aube, CulturistiQ a présenté et promu l’incroyable potentiel du patrimoine juif de l’Aube, à l’occasion d’une rencontre européenne à Barcelone organisée par l’AEPJ les 21 et 22 novembre 2018, sur le thème des « European Routes of Jewish Heritage ». Les enjeux: préserver, valoriser et collaborer autour de sites et histoires au fort impact émotionnel et à forte valeur ajoutée touristique.

15 projets d’itinéraires culturels ont été proposés par les 10 pays représentés, avec l’ambition de pouvoir renforcer le potentiel d’accueil de certaines, d’aider celles qui ne disposent ni d’un patrimoine bâti tangible, ni d’une organisation logistique suffisante et de créer des liens entre les destinations.

CulturistiQ a été force de propositions pour des projets de développement innovants dans l’Aube, avec l’objectif de valoriser une histoire et un patrimoine souvent méconnus et pourtant fondateurs du développement de la Champagne médiévale, et d’initier des projets inédits sur la thématique du tourisme juif au travers de plusieurs régions d’Europe.

Confier des médiations à des migrants : une initiative pleine d’atouts.

Comment conquérir un public plus large, éloigné de l’offre culturelle, tout en favorisant l’accès au travail et à l’insertion au sein d’institutions culturelles? Le programme Multaka mis en place dans les musées de Berlin pour former des réfugiés comme guides, innovait en ce sens en 2015. Un exemple repris aujourd’hui dans d’autres institutions en Europe et aux USA. Au Deutsches Historisches Museum de Berlin, j’avais été touchée de rencontrer un groupe particulièrement attentif, en formation dans la partie du Museum relative à l’histoire de la Shoah. Une façon également de confronter des traumatismes et d’envisager une résilience?

https://www.theartnewspaper.com/news/oxford-museums-train-refugee-guides-and-curators : Berlin’s Multaka programme of Arabic-language tours is spreading to the UK-and beyond…

Le concept de la Maison Rachi

Canal 32 a proposé un petit reportage assez complet sur le concept de la Maison Rachi, présenté par Delphine Yagüe. Une occasion de comprendre l’importance de ce patrimoine culturel et historique et la mise en oeuvre de sa valorisation touristique dans la ville de Troyes, que CulturistiQ a pu accompagner dans la création de l’exposition et des thématiques de visites. http://www.canal32.fr/thematiques/societe/sujet/visiter-la-synagigue-pour-mieux-connaitre-rachi-du-11-septembre-2018.html : Inaugurée il y a deux ans après une rénovation d’une durée de cinq ans, la synagogue de Troyes est ouverte au public sous forme de visites guidées…

JEP 2018

Étudier, transmettre et défendre son patrimoine, des attitudes qui devraient devenir la norme pour préserver la mémoire du monde et avancer sur des racines fortes. Les outils numériques, la médiation, la  vulgarisation permettent d’y parvenir de multiples façons. Quelques exemples sur le site du Journal du CNRS :

https://lejournal.cnrs.fr/diaporamas/voyage-au-coeur-du-patrimoine : De l’Amérique du Sud à l’Asie, d’Akhenaton à Marcel Proust, les lieux et les sujets d’étude ne manquent pas pour les experts du patrimoine…